Formaliser des papiers de travail de qualité en audit

Sur la nécessité d'établir des papiers de travail en audit

Auditer, c’est planifier, préparer, écouter, évaluer, recommander…et aussi formaliser. Cette dernière fonction n’est certainement pas celle la plus affectionnée par les auditeurs. Réaliser puis consigner ses travaux de façon systématique et méthodique, selon des normes de présentation, de rédaction, de référencement, peuvent être considérés comme des tâches fastidieuses, sans valeur ajoutée. Peu de profession sont aussi exigeantes que l’audit pour la tenue de dossier. Rébarbative, voire rebutante, la formalisation est néanmoins importante, comme le sont les autres attributs du métier d’auditeur interne. La matérialisation des travaux d’audit est d’ailleurs inscrite dans le cadre normatif défini par l’IIA, reprise sous le vocable de papiers de travail. Ceux-ci doivent répondre à un certain nombre d’objectifs et satisfaire des critères de qualité.

 

Les objectifs des papiers de travail en audit

 

Les normes internationales pour la pratique de l’audit interne n’exigent pas de canevas précis pour la rédaction des papiers de travail. Leur format et leur production doivent cependant concourir à l’atteinte des objectifs suivants :

  • documenter la réalisation des travaux : à chaque étape de la mission, de la planification à la formulation des conclusions et des recommandations, les papiers de travail attestent du caractère effectif des tâches réalisés par les auditeurs ;
  • permettre la supervision : difficile de réviser des travaux qui ne sont pas matérialisés. Sans support, la supervision perd de son efficacité. On supervise moins des dires que des écrits… ;
  • constituer une base d’évaluation : compte tenu des exigences en matière de connaissance, de savoir-faire et de compétences, la profession d’audit est toujours en devenir. Les aptitudes professionnelles des auditeurs sont évolutives à condition d’être mesurables. Cette évaluation est possible avec des papiers de travail formalisés ;
  • caractériser la preuve d’audit : auditer, c’est constater. Des papiers de travail correctement rédigés et référencés fondent les constats avec des éléments matériels. Ils constituent ainsi des preuves d’audit ;
  • capitaliser l’expérience : compte tenu du caractère transversal des missions, l’audit interne a un accès privilégié à l’information. La diversité de ses interventions permet également aux auditeurs de disposer très vite d’un degré élevé de pratique professionnelle, aussi bien techniquement que sur un plan relationnel. Cette expérience, qui n’a guère d’équivalent au sein de l’organisation, mérite d’être préservée et entretenue afin de perpétuer un haut niveau de maîtrise au sein de la direction d’audit interne. Les papiers de travail contribuent à cette capitalisation des acquis.

Des papiers de travail de qualité

 

Au regard des objectifs cités, on comprend que les papiers de travail sont les pièces maîtresses du dossier d’audit. Néanmoins, leur rédaction industrielle, pour disons-le « remplir » des classeurs, ne suffit pas. Il y a certes la matière, mais aussi la manière ! Les papiers de travail, en plus de répondre à des objectifs, doivent satisfaire des critères de qualité, lesquels sont les suivants :

  • compréhensible : tout auditeur comme tout lecteur extérieur ne participant à la mission d’audit doit être en mesure de comprendre le travail réalisé sur base de sa formalisation. Le jargonnage est le bavardage sont donc à proscrire. Il est par contre essentiel de contextualiser les travaux afin de leur donner du sens, donc d’être compris ;
  • pertinent : les papiers de travail sont pertinents s’ils concourent à l’atteinte des objectifs de la mission ;
  • économique : la réalisation des papiers de travail ne doit pas nécessiter des temps de charge par trop élevés au détriment des autres travaux d’audit ;
  • complet : les papiers de travail sont à la fois concis et complets, c’est-à-dire aisément consultables et également exploitables pour tracer la piste d’audit des constats aux conclusions, au travers des procédures et des outils employés ;
  • organisés : l’ensemble des papiers de travail sont agencés selon une démarche méthodique et systématique afin de disposer d’un dossier d’audit organisé. 

A lire également :



Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    nadjibmeister@gmail.com (lundi, 19 mars 2018 19:30)

    Doc

  • #2

    Azelais YACINTHE (lundi, 16 juillet 2018 00:13)

    F/ T complet

  • #3

    MFUMU LUZOLO Kelly (mercredi, 31 octobre 2018 12:00)

    Juste une question à propos de la pertinence des papiers de travail:
    Qu'exige la profession par rapport à la quantité par exemple d'un test réalisé suivant un échantillon de 25 pièces et que le test est concluant. Faut-il documenter les 25 factures tracées ou un tableau contenant des cross-références suffit?