Obligations, principes et utilité de la comptabilité

La comptabilité générale est une obligation légale, contrairement à la comptabilité analytique qui n’est pas imposée par le législateur mais n’en est pas moins nécessaire pour des besoins de gestion. Les règles régissant la comptabilité procèdent de trois points fondamentaux :

toute opération économique doit faire l’objet d’un enregistrement de façon à en conserver une trace comptable ;

-        -  les actifs et les passifs sont à inventorier une fois tous les douze mois pour s’assurer de leur réalité tant physique qu’en termes de valeur ;

   - des comptes annuels sont à produire afin que soient formellement établis le bilan, la situation financière, le résultat de l’organisation concernée.

 

Les principes comptables

 

La comptabilité générale s’appuie sur des techniques dont l’emploi est soumis au  respect de principes, lesquels pour l’essentiel sont les suivants :

 

-  prudence : l’organisation doit tenir sa comptabilité avec prudence, c’est-à-dire en tenant compte de toute moins-value latente avant même que l’opération concernée soit dénouée. Par contre, les plus-values latentes, elles, ne sont pas comptabilisées tant que juridiquement l’organisation n’en dispose pas ;

 

- coût historique : les actifs et les passifs sont maintenus en comptabilité pour leur valeur d’origine. Une éventuelle dépréciation est constatée en cas de risque avéré mais celle-ci ne modifie pas la valeur brute. Seul un élément juridique ou contractuel impacte la valeur comptable d’un actif ou d’un passif ;

 

- non-compensation : toute opération doit faire l’objet d’un enregistrement comptable et donc ne peut venir en compensation d’une autre opération, ou être compensée ;

 

- intangibilité du bilan d’ouverture : le bilan de clôture de l’exercice précédent (année N-1) est obligatoirement le bilan d’ouverture de l’exercice suivant (année N). Des évolutions réglementaires ou des changements de méthode comptables peuvent impacter rétroactivement les comptes annuels. Dans ce cas, un pro-forma est obligatoire afin que les états comptables restent comparables d’une période à l’autre ;

 

- permanence des méthodes : la comptabilité emploie des méthodes lorsqu’il s’agit d’un élément dont la valeur n’est pas factuelle mais estimée. Les provisions en sont l’illustration la plus courante. Pour des impératifs de comparabilité et de prévention du risque de manipulation comptable, les méthodes employées sont les mêmes d’un exercice comptable à l’autre. Les variations méthodologiques doivent rester exceptionnelles et surtout sont à justifier ;

 

- indépendance des exercices : toutes les opérations sont comptabilisées sur l’exercice qu’elles concernent, ceci permettant entre autres de produire un résultat comptable par différence entre les produits et les charges se rapportant à une même période.

 

L'utilité de la comptabilité générale

 

Au-delà des aspects obligatoires, la comptabilité générale représente un degré d’utilité élevé pour bon  nombre d’entités :

 

- l’organisation a besoin de données comptables pour connaître et aussi prévoir l’impact financier de ses décisions. La comptabilité est à la source du pilotage des activités ;

 

- la banque pour octroyer un crédit à une organisation doit savoir à qui elle a affaire. La comptabilité la renseigne sur son interlocuteur grâce notamment aux comptes annuels. En outre, une fois le crédit alloué ou pour tout autre engagement financier, l’établissement bancaire a nécessité de suivre son client et l’évolution de ses activités pour à la fois le conseiller et apprécier le risque qu’il représente ;

 

- l’Etat prélève l’impôt sur les sociétés à partir de leur résultat, sachant que ce sont les organisations imposées qui déclarent leur bénéfice imposable et calculent le montant de l’impôt correspondant ;

 

- les investisseurs sont intéressés par les comptes annuels d’une organisation quand celle-ci intervient sur les marchés financiers pour placer une partie de son capital sous forme d’actions cotées, ou bien émet de la dette obligataire ;

 

- les salariés sont destinataires de la comptabilité, plus précisément leurs représentants dans le cadre d’accord de participation et d’intéressement aux résultats ;

 

- le « grand public » d’une façon générale est concerné puisque les comptes annuels doivent obligatoirement faire l’objet d’une publication.

 

Conclusion

 

La comptabilité générale est obligatoire et utile. Régie par des principes et des règles, s’appuyant sur des techniques et des méthodes, s’adressant à plusieurs entités et personnes aux motivations différentes, elle occupe ainsi une position centrale dans tout système d’information. Mais au-delà des aspects financiers, fiscaux, sociaux qui l’imposent et son importance informationnelle, à la fois elle témoigne de l’histoire d’une organisation et sert à envisager ce que sera demain.

 

 

Retour à l'accueil 

Écrire commentaire

Commentaires: 0